Blog - Tempêtes

Tempêtes

  |  Views 4182  |  Votes 0 Vote(s)


Le 24 novembre, alors que j'appelais ma nièce Agnès pour son anniversaire (elle fêtait ses 3 ans), j'étais dans la "cabina" (sorte de parloir vitré et insonorisé) et tout en parlant successivement à Agnès, Monica et Joachim, je vis le temps changer subitement. Je n'avais en effet d'autre choix que de regarder à l'extérieur et voir les passants commencer à fermer les yeux, courir, s'abriter. Pourtant de l'intérieur calfeutré de ma cabine, je ne voyais que le ciel se couvrir, et je trouvais cela plutôt rédempteur car la chaleur était devenue littéralement suffocante. Je terminai mon téléphone, la larme aux yeux, puis sorti pour amener mon appareil photo chez le seul spécialiste de Tucumán, afin qu'il me fasse un service de nettoyage.

Et là je compris. Le ciel s'était en effet couvert, mais le vent s'était levé et était en train de remuer toute la poussière de la ville, accumulée depuis plus d'un mois sans pluie. Il y avait également du sable qui devait sans doute venir du Cerro San Javier. Ce fut très impressionnant, bien que peu photogénique. J'ai eu beau tenté de vous transmettre cette ambiance, je n'y suis pas parvenu. La seule photo qui s'approche un tant soit peu de la réalité, c'est celle-ci :

Tempête de sable à Tucumán
Tempête de sable à San Miguel de Tucumán

Observez le fond, il est gris et paraît nébuleux : c'est du sable et de la poussière qui tournoient. En temps normal on voit aisément l'horizon, au moins sur 6 ou 7 "cuadras" (blocs), mais ce jour-là, en 10 minutes, la visibilité fut réduite à environ 200 mètres ; plein de sacs en plastique volaient dans les airs, des papiers frôlaient le sol feignant de s'envoler, sans pour autant y parvenir.

Je dirais même qu'à mon avis, le motocycliste a mis son casque pour cette unique raison : protéger ses yeux de la poussière et du sable. Et l'homme à gauche de la photo doit être en train de raconter un vieux souvenir d'enfance d'une précédente tempête "grande comme ça".

Ce jour-là, il n'a pas plu. Ce fut très étrange car tout l'après-midi j'ai eu l'impression que la météo voulait pleuvoir, mais qu'elle n'y parvenait pas. Comme quand on est malade, qu'on a la nausée et qu'on souhaiterait vomir pour ensuite aller mieux. Mais le ciel ne put soulager son envie et il y régnât tout l'après midi tant une pression atmosphérique pesante qu'une tension électrique étrange.

La vraie tempête se préparait

Durant quatre jours, la température ne cessa d'augmenter. Et quatre jour plus tard, soit vendredi 28 novembre, à 22h, il plut. Et c'est une litote. A mon avis, ce sont les quatre jours de nausées célestes qui se sont abattus sur Tucumán. Manque de chance pour moi - en réalité ce fut un plaisir dissimulé - je me trouvais à l'autre bout de la ville. Tous les taxis et "colectivos" (bus) s'étaient arrêtés et mis sur un trottoir ou sur un parking. L'eau commença à monter rapidement ; bientôt on ne distinguât plus le trottoir des routes et avenues. J'étais déjà complètement trempé alors je commençai à marcher les 20 "cuadras" (pâtés de maison) qui me séparaient de ma maison avec un certain plaisir mélangé à un profond dégoût. En effet, les égouts de la ville ne peuvent contenir tant d'eau, et toutes les gargouilles de la ville ressemblent à des geysers. L'eau descend à grande vitesse du centre-ville vers les périphéries. J'étais à l'une d'elle. Je remontai donc à contre-courant la vie privée des habitants de Tucumán, en la piétinant avec dégoût.

Il plu encore 3 heures et profitai de pendre mes habits dans le patio pour les rincer.
Je n'ai malheureusement pas de photos de cette tempête car je n'avais (heureusement) pas mon appareil avec moi (il n'aurait pas survécu - déjà que mon téléphone portable a eu du mal à s'en remettre). Cependant j'ai créé une galerie de photos d'éclairs et de foudre lors d'un orage digne d'une tempête tropicale.

Ce fut une de ces tempêtes que l'on n'oublie pas. C'était apocalyptique, inquiétant et jouissif. Une ville que tu commences à connaître comme ta poche se transforme exagérément en une sorte de décor de cinéma hollywoodien. J'ai adoré.

Blog's entry keywords Récit   |  Aventurette   |  Intempérie
Blog's author2008-12-03
Ton nom et prénom
Ton commentaire
Courriel
Être averti si quelqu'un poste un commentaire après moi
Voter pour cette entrée du blog :

Les autres billets du blog :

Photographie numérique : on vous prend pour des cons Votes 1 Vote(s)   |   Views 252905   |   Commentaire(s)2
Tucumán Hostel : vol organisé + insalubrité Votes 1 Vote(s)   |   Views 64100   |   Commentaire(s)2
Facebook, ou l'empereur du royaume cybernétique Votes 2 Vote(s)   |   Views 32138   |   Commentaire(s)3
Big Brother Brasil Votes 4 Vote(s)   |   Views 58941   |   Commentaire(s)0
Devinette VI : la suite de chiffres vexante Votes 1 Vote(s)   |   Views 7812   |   Commentaire(s)2
String rose Votes 1 Vote(s)   |   Views 11057   |   Commentaire(s)0
Mes mails de Narcisse futiles Votes 0 Vote(s)   |   Views 7278   |   Commentaire(s)2
Pendeja agrandada Votes 0 Vote(s)   |   Views 8344   |   Commentaire(s)0
Noël sous les tropiques Votes 0 Vote(s)   |   Views 12563   |   Commentaire(s)0
Le manque d'originalité de mon blog Votes 0 Vote(s)   |   Views 9509   |   Commentaire(s)2
Les files d'attente - la résignation Votes 0 Vote(s)   |   Views 10114   |   Commentaire(s)2
Comment préparer le maté - Traditions et superstitions Votes 1 Vote(s)   |   Views 38240   |   Commentaire(s)20
Je prends le risque Votes 0 Vote(s)   |   Views 9798   |   Commentaire(s)7
Devinette V : la yerba de mate Votes 0 Vote(s)   |   Views 5850   |   Commentaire(s)2
Devinette IV : sonner sans sonnette Votes 0 Vote(s)   |   Views 4996   |   Commentaire(s)8
Devinette III : c'est pas la taille qui compte Votes 0 Vote(s)   |   Views 5973   |   Commentaire(s)2
Devinette II : le piéton solitaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 5753   |   Commentaire(s)2
Chemin le plus rapide Votes 0 Vote(s)   |   Views 5736   |   Commentaire(s)4
Devinette I : bon anniversaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 9706   |   Commentaire(s)1
En Argentine, c'est normal... Votes 2 Vote(s)   |   Views 5558   |   Commentaire(s)5
El hollín (la suie) de la canne à sucre Votes 0 Vote(s)   |   Views 6291   |   Commentaire(s)0
Chaud ! Chaud ! Votes 0 Vote(s)   |   Views 15946   |   Commentaire(s)2
Premier billet du blog - Explications Votes 0 Vote(s)   |   Views 5568   |   Commentaire(s)1