Blog - Chaud ! Chaud !

Chaud ! Chaud !

  |  Views 15947  |  Votes 0 Vote(s)  |  Comments 2 Commentaire(s)


Il fait chaud à Tucumán. Très chaud. Et c'est bien connu en Argentine, les seuls qui réellement peuvent se prévaloir de températures encore plus élevées sont les habitants de la province de Santiago del Estero. Mais Tucumán n'est pas en reste. Loin de là.

Et moi, j'ai choisi cette ville pour y vivre. Sachant que les saisons sont inversées dans l'hémisphère sud, en septembre commence le printemps; et là déjà tu souffres de la chaleur. C'est une sorte d'avertissement à l'été. Non pas un entraînement car finalement, on ne se fait jamais vraiment à de telles chaleurs.

Là on est en novembre depuis deux semaines. Et ça fait deux semaines que je me bats activement contre la chaleur. Avec les moyens du bord. Mais je me rends compte que je réunis quelques conditions qui ne font qu'empirer mon cas et qui me font penser que c'est une guerre que je perdrai forcément, du moins si je n'utilise pas la ma bombe à l'hydrogène : une climatisation (au fréon et pas à l'hydrogène de préférence). Les conditions qui sont en ma défaveur sont une sorte de mise en abîme, de vraies poupées russes. Enumération.

Conjoncture de conditions - Une mise en abîme

  1. Le pays
    L'Argentine est un pays au climat tropical. Oui, tropical. La catégorie de mon frigo le dit d'ailleurs. Entre les deux catégories "tempéré" et "tropical", c'est dans la case "tropical" qu'ils ont mis la coche. Et non contents de préciser : "avec des températures atteignant facilement les 43°C". Merci de le rappeler.
  2. La province
    Tucumán. Je l'ai déjà dit dans mon intro, c'est connu pour être une région au micro climat peu accueillant en été. Au printemps et en automne, les agréables 35°C sont facilment atteint. Oui, printemps et automne. Imaginez donc l'été (décembre - janvier).
  3. La ville
    Extrêmement polluée. Donc les gaz d'échappement augmentent l'effet de serre et la chaleur campe volontiers au dessus de nous.

    San Miguel de Tucumán
    San Miguel de Tucumán, Argentine (vue depuis le Cerro San Javier)

  4. Mon appartement
    Génial, il est tout neuf. Oui mais neuf veut aussi dire avec ses défauts de jeunesse. Et certaines choses restent à régler. En premier lieu, je dirais la façade ouest. Elle est littéralement frappée par le soleil à partir de 14h et apparemment n'est pas isolée - j'ai vérifié depuis l'extérieur.
    Rien ne se passe jusqu'à environ 19h. Mais sournoisement, la façade se prépare pour une surprise de taille. Elle se chauffe et accumule cette chaleur. Et à 19h environ, toute la chaleur stupidement accumulée te revient en pleine poire et durant plus de 5 heures. Le mur doit être fait de pierres réfractaires, c'est pas possible autrement.
  5. La pièce, ma chambre
    Et bien sûr, cette façade ouest est justement celle de ma pièce, ma chambre à coucher. Ceci n'est pas une exagération : tout le mur de ma chambre est bouillant, atteignant sans doute 40°C ! Et qu'ai-je installé dans ma chambre ? Réponse :
  6. Mon ordinateur
    Que fait un ordinateur ? Il chauffe. Du reste, qu'est-ce que ça chauffe un ordinateur suisse sous les tropiques. Même sans la coche qui le dit. Il y 3 mois, mon disque dur est mort, le mois suivant ce fut la carte mère, et la semaine dernière, encore la carte mère (heureusement sous garantie). Mais en mourant, cette conne n'a pas trouvé mieux que d'emmener dans sa chute l'alimentation (une Chieftec de 550 W). Et on me l'a remplacée par une "Made in China" bruyante qui en plus d'alimenter mes disques durs, composantes et périphériques en tout genre, doit avoir une double fonction de chauffage.

Et donc pour tenter de palier à ces conditions catastrophiques, je lutte avec des armes ridicules. Et le soleil doit bien se marrer de là-haut. Tout conseil est le bienvenu soit-dit en passant !

Mes faibles armes pour lutter contre la chaleur

    Mon patio couvert de draps
  • Contre le soleil dans le patio
    Au début j'ai commencé à tendre les draps de mon lit entre la corde à linge que j'ai installée et le petit toit qui protège les fenêtres des intempéries - si seulement il y en avait, des intempéries. J'ai deux paires de draps. L'une est toujours "au sale" et donc je dois quotidiennement utiliser le drap dans lequel j'ai dormi. Je me lève, et hop, je fais mon installation. Quelques pincettes, quelques jurons et au bout d'à peine 2 minutes, le drap est tendu et fait de l'ombre.
  • Contre le soleil dans le patio, 2ème couche
    Mais il restait des surfaces non couvertes, alors j'ai décidé de mettre un deuxième drap plus petit que j'ai acheté par erreur (car on devrait peut-être mieux regarder les dimensions des draps qu'on achète). Je ne l'utilise donc pas. Enfin, je ne l'emploie pas comme drap, mais je l'utilise pour tout le reste, pour tout ce dont un tissu peut servir. Et comme un tissu peut servir à couvrir un patio, c'était tout vu. Mais l'installation est plus élaborée. Non, elle est moins élaborée. Elle est plutôt plus laborieuse. Et au moindre coup de vent, "click" ou "clack", j'entends que des pincettes ont sautées. Alors je sors replacer mes pincettes, et je me brûle les pieds aux surfaces non ombragées.
  • Contre le soleil dans le patio et la chaleur d'inertie
    Boucher la grille d'écoulement par une combine de plastique du super marché Vea, coincer le dit plastique avec des catelles (carrelage de la salle-de-bain qu'on m'a enlevé car il y avait des infiltrations dans le mur), puis là, je remplis le patio d'eau - avec un jet de 9 mètres qui est connecté dans la même salle-de-bain qui fuit. Du reste je crois bien que l'humidité du mur est survenue en même temps que l'arrivée dans ma vie du jet. Il faut bien faire attention de boucher correctement la grille, sans quoi l'eau s'écoule dans la rue et la propriétaire de l'appartement sonne à la porte et dit qu'il est interdit d'utiliser l'eau, sauf entre 14h et 16h30, puis 20h30 et 22h.

    Mise à jour du 18 novembre 2008 : la maçon est venu ce matin pour régler le mur (cf photo de la page d'accueil du site) et je n'ai plus les catelles pour boucher la grille d'échappement.

    Grille d'écoulement de mon patio
    Grille d'écoulement de mon patio : à boucher avec des sacs en plastiques Super Vea

  • Contre sa propre chaleur qui colle à la peau
    Le ventilateur qu'une amie m'a prêté. Trois niveaux de puissance. Je n'en connais qu'un. Les seules fois où je ne le dirige pas contre moi, c'est parce que je le partage avec mon ordinateur et mon disque dur externe qui chauffent si fort que je crains à tout moment qu'ils n'explosent - comme mon alimentation Chieftec qui a littéralement explosé. La fumée noire qui s'en est échappée pour preuve.

    Ventilateur puissance 3
    Ventilateur, ami proche - on remarquera que c'est sur la puissance maximale

  • Raphael Fleury
  • Contre sa propre chaleur, 2ème couche
    Prohiber les habits ! En effet. A poil !! Car il n'y a rien de pire qu'un habit pour conserver sa propre chaleur. Et cela me fait passer virtuellement au niveau 4 du ventilateur. De plus, vu que le patio est inondé, j'ai l'impression d'être à la piscine.
    Inconvénient : il me faut beaucoup de temps pour répondre si on sonne à ma porte - surtout si c'est la propriétaire car j'ai mal bouché la grille du patio.
  • Contre sa propre chaleur, 3ème couche
    Prendre plein de douches. Enfin, plutôt aller dans le patio déjà inondé et utiliser le jet. Bien entendu il faut au préalable laisser couler l'eau dans l'évier car elle est tiède voire chaude, dû au réchauffement des conduits d'eau. Ensuite oui, on peut enfin "mangearse" (s'arroser avec le jet).
  • Contenir la chaleur du mur
  • Contre le mur qui chauffe
    Alors là, pas grand chose à faire depuis mon appartement. Je n'ai pas accès au mur extérieur. Ma seule invention est d'appliquer contre le mur mon matelas de 160x200 cm avec la couverture hivernale. D'ailleurs quand je la vois, je me demande comment elle a pu (et pourra) un jour me servir. C'est comme quand on a la grippe et qu'on voit des gens en pleine forme : sauter ou crier. On n'arrive pas à s'imaginer qu'ils n'aient pas mal à la tête et qu'ils soient capables de faire ça.
    Avec cette astuce, le mur conserve encore mieux sa chaleur et devient littéralement intouchable (impalpable) à l'endroit que couvre désespérément le matelas. Car oui, le mur est relativement grand. Donc plus chaud et plus longtemps. J'en déduis que ma technique fonctionne. La chaleur se diffuse moins dans la pièce. Mais ça me force à aller me coucher plus tard car le mur reste chaud de 16h30 à minuit en temps normal ; avec cette stratégie, il faut au moins attendre 2h du matin.
    NB : Notons, sur la photo, quelques éléments clé : le litre d'eau + le jus d'orange dont je parle dans la galerie San Miguel de Tucumán, le thermos de mate, le ventilateur sur niveau 3 (à fond), la lumière éblouissante du jour (même s'il était 18:15 au moment de la photo et malgré le drap tendu à l'extérieur), l'ordinateur qui chauffe et, finalement, plein de bordel, ce qui me caractérise.
  • Contre la chaleur ambiante
    Fermer portes et fenêtres. S'enfermer littéralement de 10h du matin à 19h du soir. Sortir dans le patio, bien que pseudo-ombragé et inondé est impensable. La chambre étant très chaude, il serait préférable de rester dans le salon, mais je n'y ai installé encore aucun meuble. Pas de chaise, pas de table. Ennui assuré. Alors contre vents et marées (ah si seulement !) je reste obstinément dans ma chambre - car il y a l'ordinateur. Qui rappelons-le, chauffe. Voir la photo de la technique de calefeutrage, style boomker décrite dans le billet du blog Je prends le risque.
  • Contre l'appartement lui-même
    Sortir de là me direz-vous. Mais non. Car de 14h à 17h, c'est une institution à Tucumán : on fait la sieste. Donc en général tout est fermé, et quand bien même on trouverait un troquet ouvert, personne ne vous y accompagnerait puisque en pleine sieste et enfermé comme toi.

Appel à témoin : idées et astuces bienvenues + questions

Alors maintenant je fais un appel à témoin. Ou mieux dit : un e-brainstorming. Une tempête de cerveaux. S'il vous plaît, quelles techniques, idées, lubies ou astuces me proposez-vous pour que je survive à l'été qui n'est même pas encore là. La clim, je sais. Mais c'est 1600 pesos et j'ai pas envie de dépenser autant pour ça. Ou j'irais plus loin. J'ai envie de gagner cette guerre sans utiliser cette bombe atomique. C'est devenu une occupation. Un sport. Rappelons-le que je n'ai pas de travail. Donc j'ai le temps et dois me trouver des occupations, ma fois.

Questions techniques (requièrent de bonnes notions de physique)

  • Mettre une bouteille d'eau préalablement congelée devant le ventilateur me permet-il de rafraîchir la pièce de manière perceptible ? Si oui, est-il préférable de la placer devant le ventilateur (à la sortie de l'air) ou derrière (à l'aspiration de l'air) ?
  • Laisser couleur l'eau durant 1 minute toutes les heures me permet-il de faire descendre la température des parois (touchant les conduits d'eau) de l'appartement ? En effet, l'eau sort toujours tiède ou chaude la première minute d'utilisation.
  • Le soir, ma pièce est nettement plus chaude que l'extérieur (le patio). Dois-je mettre le ventilateur dirigé vers l'extérieur (expulsion de l'air chaud vers l'extérieur) ou vers l'intérieur (aspiration de l'air frais extérieur vers l'intérieur ?
  • Faire tourner un ventilateur alors qu'on est absent, est-ce que c'est utile ? Cela rafraichit-il d'une manière ou d'une autre la température ambiante ?

Ce billet a une suite : Je prends le risque. J'y décris le perfectionnement quasi malgré moi des techniques décrites dans cet article et compare la répétition d'un événement (sa "reproduction successive") à la sélection naturelle, amenant, par mutation génétique (ou "accident de parcours"), au perfectionnement de l'espèce (ou dans mon cas, des techniques utilisées).

Blog's entry keywords Récit   |  Drôle   |  Chaleur   |  Techniques personnelles   |  Tucumán
Blog's author2008-11-13
Ton nom et prénom
Ton commentaire
Courriel
Être averti si quelqu'un poste un commentaire après moi
Voter pour cette entrée du blog :

Raph 18.11.2008 (23:30:35)
Merci Philippe pour ces précieux conseils. Cependant j'ai deux photos de toi ou tu as quelque chose sur la tête et c'est franchement pas terrible : 1) tu fais le darkvador avec une couverture car tu avais froid et 2) avec un de ces sacs plastiques pour ne pas se mouiller les cheveux sous la douche. Et j'ai pas trop trop envie de ressembler a ça.
Question corps d'Apollon, j'ai ajouté des photos, dont une qui le prouve. :-)

Philippe 17.11.2008 (03:01:23)
Comme il m'est arrivé de souffrir du même problème dans mon appart sous les toits de Clarens, je suggère: le linge trempé dans l'eau et posé sur la tête ou autour du cou. Et je confirme la nécessité d'être à poil, surtout quand on a des corps d'Apollon comme nous.


Les autres billets du blog :

Photographie numérique : on vous prend pour des cons Votes 1 Vote(s)   |   Views 252905   |   Commentaire(s)2
Tucumán Hostel : vol organisé + insalubrité Votes 1 Vote(s)   |   Views 64100   |   Commentaire(s)2
Facebook, ou l'empereur du royaume cybernétique Votes 2 Vote(s)   |   Views 32138   |   Commentaire(s)3
Big Brother Brasil Votes 4 Vote(s)   |   Views 58941   |   Commentaire(s)0
Devinette VI : la suite de chiffres vexante Votes 1 Vote(s)   |   Views 7812   |   Commentaire(s)2
String rose Votes 1 Vote(s)   |   Views 11057   |   Commentaire(s)0
Mes mails de Narcisse futiles Votes 0 Vote(s)   |   Views 7278   |   Commentaire(s)2
Pendeja agrandada Votes 0 Vote(s)   |   Views 8344   |   Commentaire(s)0
Noël sous les tropiques Votes 0 Vote(s)   |   Views 12563   |   Commentaire(s)0
Le manque d'originalité de mon blog Votes 0 Vote(s)   |   Views 9509   |   Commentaire(s)2
Les files d'attente - la résignation Votes 0 Vote(s)   |   Views 10114   |   Commentaire(s)2
Tempêtes Votes 0 Vote(s)   |   Views 4182   |   Commentaire(s)0
Comment préparer le maté - Traditions et superstitions Votes 1 Vote(s)   |   Views 38240   |   Commentaire(s)20
Je prends le risque Votes 0 Vote(s)   |   Views 9798   |   Commentaire(s)7
Devinette V : la yerba de mate Votes 0 Vote(s)   |   Views 5850   |   Commentaire(s)2
Devinette IV : sonner sans sonnette Votes 0 Vote(s)   |   Views 4996   |   Commentaire(s)8
Devinette III : c'est pas la taille qui compte Votes 0 Vote(s)   |   Views 5973   |   Commentaire(s)2
Devinette II : le piéton solitaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 5753   |   Commentaire(s)2
Chemin le plus rapide Votes 0 Vote(s)   |   Views 5736   |   Commentaire(s)4
Devinette I : bon anniversaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 9706   |   Commentaire(s)1
En Argentine, c'est normal... Votes 2 Vote(s)   |   Views 5558   |   Commentaire(s)5
El hollín (la suie) de la canne à sucre Votes 0 Vote(s)   |   Views 6291   |   Commentaire(s)0
Premier billet du blog - Explications Votes 0 Vote(s)   |   Views 5568   |   Commentaire(s)1