Blog - Facebook, ou l'empereur du royaume cybernétique

Facebook, ou l'empereur du royaume cybernétique

  |  Views 31880  |  Votes 2 Vote(s)  |  Comments 3 Commentaire(s)


Prologue

Ce billet de blog traite de facebook. Une partie semble expliquer l'utilisation du dit site, or détrompez-vous, c'est une ironie permettant de baser des arguments aux points suivants.

Introduction

Facebook. Qui ne connaît pas facebook ? Au moins de nom, convenez-en.
Je me suis longuement posé la question, pourquoi l'inventeur de facebook, Mark Zuckerberg, au moment de donner un nom à son site web, a choisi "facebook".
En traduction française ça ne veut rien dire : livre de face, livre de visage. Mais à y réfléchir davantage, "le livre des visages" donnerait un sens, voire un but à facebook. Alors personnellement je traduirais par Encyclopédie mondiale en temps réel des liens, photos, habitudes et données personnelles des internautes.

Facebook, mais dis donc, en voilà une invention

C'est un petit étudiant américain, insignifiant comme tous les étudiants, qui tout comme moi passait son temps libre à développer des sites web en php. Le php c'est joli, c'est sympa et ça maintient les méninges en alerte. Et php ça peut rapporter gros.
Petit Malin, à la différence de moi-même, a fait fortune en ayant la bonne idée de dire à tous ses collègues d'université de se faire un profil dans son site, qui eux-mêmes ont dit à leurs collègues d'en faire autant, puis ça s'est transmis d'une université à une autre, puis d'un état à un autre, et finalement, d'un pays à un autre. Tant et si bien qu'aujourd'hui facebook est le plus grand site, le plus connu après Google, le plus visité et le plus quotté en bourse.

Ainsi, Mark Zuckerberg que nous appellerons Petit Malin s'est un jour retrouvé dans un dilemme terrible : vendre à Google ou vendre à Microsoft ? Finalement ce n'est sans doute pas l'éthique qui l'a remportée (de toute façon choisir entre la galère ou le goulag ça importe peu). Non, la somme d'argent fut décisive. Et ce n'est pas moins de... 240 millions de dollars que Petit Malin a reçu. Lisez bien et imaginez-vous : deux cents quarante millions de USD$. C'est comme avoir 240 Francs suisses en pièces de 1 Frs, dont chaque pièce vaut 1 million. C'est comme avoir une somme à la banque qui te rapporte chaque mois 500'000 USD$. Même ces 500'000 dollars t'aimerais les avoir - ils te rapporteraient encore 1302 Frs par mois ! Non, Petit Malin reçoit ses 600'000 francs chaque mois - et sans doute plus s'il les a bien placés.
Mais je n'ai pas appelé Petit Malin "Petit Malin" pour rien. Car notre développeur PHP amateur et ex-étudiant a pensé sympa de ne vendre que les 1,7% de facebook. S'assurant une fortune immédiate, et un capital quasiment incalculable et carrément honteux de réserve. Petit Malin a donc encore une fortune de réserve si d'aventure il portait finalement mal son nom et dépenserait ses 240 millions en moins d'une vie.

Facebook c'est sympa, hein dit?

Ouais. Tous les jours je me connecte, je change mon état et je mets ce que je suis en train de faire, ce que je pense, le goût du yaourt que j'ai mangé hier, bref tout mais surtout n'importe quoi.
Je télécharge plein de photos où j'étiquette des gens, je commente les photos, on me répond, c'est sympa !! merde !!
Chaque jour j'ai de nouvelles demandes d'amitiés (même de personnes que je ne connais pas), qui eux-mêmes souvent me propose d'ajouter des amis qu'en effet je connais. Là je me rends compte que en général un quart des amis de mes amis sont aussi mes amis. Quelle merveille.
Dans facebook tu crées des événements, te permettant de crier au monde entier la non importance de ta fête de départ ou de ton anniversaire dans la cabane des Jeunes à Marly sous bois. Les invités répondent "je viens", "je ne viens pas" ou "peut-être". S'il viennent, bien entendu ils ne manqueront pas de prendre des centaines de photos, les mettront sur facebook et ne pourront s'empêcher de t'étiqueter sur la photo où tu vomis ta vodka redbull après avoir embrassé à plein gosier une copine qui n'était pas la tienne et dont le copain est ton meilleur ami.

Dieu que c'est merveilleux cette innocence

Mais c'est merveilleux cette communauté de gens qui s'unissent sous un seul et même emblème.
Vous pensez que si c'était si bon enfant, Google et Microsoft s'y seraient intéressés et auraient dépensé 120 paiements de 7 millions chacun.
Imaginez un peu ce que cela veut dire. Il existe quelques personnes ayant accès à la base de données de facebook, contenant des millions d'utilisateurs (à l'heure de la rédaction de ce blog, 150'000'000 et 200'000 nouveaux inscrits par jour). Une base de données (que l'on nomme également "banque" de données, et vous verrez que ce n'est pas pour rien), c'est comme des feuilles de calculs Excel où on remplit la première ligne avec "nom", "prénom", "âge", etc. et les lignes suivantes (des "entrées") avec les données - en l'occurrence, "une entrée" c'est entre autre vous. Vous êtes peut-être l'entrée avec l'id numéro 72651907.
Dans une autre feuille de calcul, on dit qui connaît qui. Dans une autre encore, on met toutes les photos et on dit qui est dessus, avec qui et à quelle occasion. Et chaque feuille Excel peut être liée et interrogée en rapport avec une autre : on cherche une photo, on regarde qui est dessus, on retrouve l'événement (la date, le lieu), les participants à l'événement puis les autres user_id également étiquetés sur les photos du même événement. On a ainsi accès à... à tout, et on peut faire des statistiques, des pronostiques, tirer des conclusions, faire des plans et fixer des objectifs. On sait tout, et on a accès à tout : à vous, vos amis, votre cursus scolaire, vos habitudes, vos sorties, vos états d'âme, vos photos et vos données personnelles. On sait qui vous avez pu éventuellement rencontrer : où, comment, grâce à qui, on peut entre autre avoir la preuve en photo.

Conséquences

Dans ta petite vie privée - jusqu'alors paisible
Ben des engueulades avec ta copine qui te dit que tu es toujours entouré de filles sur les photos, des photos compromettantes où tu n'es plus entouré de fille mais tu en entoures une qui n'est pas la légitime, ou de simples photos que tu n'aurais jamais voulu voir car tu as une sorte de tête de plumeau défraîchi. Mais il existe une conséquence bien plus grave celle du plumeau.

Protection des données et droit d'auteur
Récemment, facebook a "proposé" au conseil d'administration des actionnaires que toutes les photos, phrases et informations en général introduites sur le portail facebook deviennent la propriété de facebook. Imaginez-vous Raphaël Fleury (c'est moi ça), photographe, mettant sur facebook sa dernière galerie du Brésil. Photos © facebook.
Imaginez Alex Caire, poète écrivain, mettre sur le mur (c'est une fonction facebook) de son ami un extrait de sa dernière création : Textes © facebook.
Imaginez Sophie Korol, compositrice interprète, mettre en ligne la vidéo de son nouveau titre : Musique © facebook.

De justesse, et je ne sais pas par quel miracle, ça a été refusé. Sans doute y avait-il une loi qui interférait dans le plan machiavélique. Cependant cela prouve que derrière nos amusements d'ingénus se cache un but, une organisation et des fins obscures.

Stérilisation et mort des sites diversifiés
J'aimerais également vous faire remarquer que depuis l'apparition de facebook, il y a eu une sorte de stérilisation des sites. J'avais moi-même créé deux sites web de communauté, tous les deux se sont fanés. L'un a même fermé. Les utilisateurs m'ont dit ne plus l'utiliser, car ils s'étaient retrouvés sur facebook.
Pires, les organisateurs d'événements ou associations ne gèrent même plus leurs manifestations via leur site ; ils le font directement sur facebook. Les communautés qui, jusqu'alors, avaient un site web bien à eux, avec leur design, leur fonctionnement, leur données et leur "touche personnelle" se sont vu migrer inexorablement vers le trou noir facebook.

Un Must - Une perversion
Si t'es jeune, si t'es dans le coup, si t'es cool et pas un ringard, tu as un profil facebook. Maintenant on te cherche sur facebook si on veut te parler. Même les échanges par e-mails deviennent obsolètes. Ainsi, c'est un must. Au sens le plus propre du terme : tu DOIS avoir un profil facebook si tu veux maintenir le contact avec tes amis, si tu veux qu'on te retrouve, si tu veux que ton entreprise, association ou club se fasse connaître.

Fais un test : cherche ton [prénom] [nom] sur Google. Regarde, facebook t'a trouvé (même si tu n'as pas de profil !). C'est une sorte d'aspirateur, un trou noir. Par devant (avant même que tu y sois) comme par derrière (même quand tu n'y es plus, il reste de toi toutes tes traces, tes photos, ton profil, tes liens avec les amis, etc.

Syndrome de dépendance
Non, non. Ne riez pas. Nombreux sont les utilisateurs qui ne se décollent plus du site. Ils passent la majorité de leur temps (de travail) à répondre, étiqueter, commenter et tacher le mur de tel ou telle. Et facebook fait tout pour alimenter ce vice. Chaque fois qu'une personne t'a étiqueté, chaque fois qu'un commentaire a été ajouté après le tien ou sur une de tes photos ou sur une des photos où tu es étiqueté, chaque fois qu'un ami t'a envoyé un message privé ou écrit sur ton mur, chaque fois qu'une personne veut être ton ami ou te propose d'ajouter un autre ami, chaque fois qu'une personne organise un événement, bref à chaque occasion, tu reçois un mail. Impossible dès lors d'y couper.

Mais oooh Raph, tu paranoïes et exagèèèreeeuh

Faites un second test : vous avez un compte sur facebook ? Connectez-vous. Regardez les publicités qui s'affichent à droite. Elles sont assez discrètes pour que vous ne les ayez pas vues. Peut-être même ne les avez-vous pas remarquées car elles semblent faire partie de votre profil, de vos options. Et justement, pourquoi ? Parce que ce sont les publicités les plus ciblées que j'ai eu l'occasion de voir. Même les publicités de Google Adsense n'arrivent pas à la cheville de ce ciblage. Facebook sait ce que vous avez fait hier, avant-hier et tous les jours précédents jusqu'à la création de votre profil, facebook sait ce que vous faites aujourd'hui (état) et facebook sait ce que vous allez faire ces prochains jours (invitations aux événements, commentaires sur les murs des autres, etc.). Facebook connaît les groupes auxquels vous appartenez, vos amis, vos centres d'intérêt, vos études, votre visage, votre adresse, votre e-mail et votre numéro de téléphone.

Alors arrêtez de faire votre hystérique si je veux publier des photos de vous avec votre accord (chères modèles) sur mon site upsilon, arrêtez de faire votre fine bouche pour savoir si on mettra votre nom de famille dans le schéma de l'organigramme de votre entreprise, arrêtez de penser que dire son vrai prénom dans un tchat c'est dangereux.
Soyez cohérents. Vous avez un profil facebook ? Alors pensez-y ; soyez cohérents. Je me répète ? Peu importe. Soyez cohérents.
Personnellement j'ai un profil facebook, mais je suis cohérent ; j'ai 6 sites Internet et à chaque fois des photos de moi et mon adresse. Sur facebook j'ai quelque 120 photos. J'en ai téléchargée moi-même 5 parmi ces 120. Toutes les autres ont été "mises à mon insu", c'est à dire étiquetées.

Pourquoi Google s'y est intéressé

Je fais ici une petite parenthèse pour soutenir mes arguments et, au passage, vous faire prendre conscience de l'importance des données.
Google, qui est également un monstre du monde cybernétique, a comme but - non caché du reste - de répertorier. De répertorier quoi ?
Tout
Google Maps (répertoire en image du monde), Google moteur de recherche (répertoire des sites web), Google livres électroniques, Google analytics (statistiques de fréquentation de vos sites web), Google gmail (courrier électronique), Google Chrome (navigateur), Google YouTube (répertoire de vidéos), Google par ci, Google par là. Tu te fais un Google Account et tu verras un peu ce qu'il te propose. Que des outils géniaux pour toi, et très intéressants pour eux. Ce ne sont pas des Samaritains, dépenser des milliards - alors qu'on en gagne encore plus - pour toutes ces merveilles, ça a un but.

Et nous, webdesigners, on fait tout pour que Google nous trouve, nous répertorie, nous place bien. Et Google nous aide en nous disant comment il faut faire. Alors on ajoute des codes JavaScript permettant à Google de nous dire, et c'est génial, qui est venu sur notre site, combien de temps, quelle(s) page(s) il a (le plus) visitée(s), qu'est-ce qu'il a cherché sur les moteurs de recherche pour venir chez nous, quel site l'a envoyé chez nous, de quel pays, quel navigateur, tenez-vous bien : quelle résolution d'écran et le nombre de couleurs affichées, quel système d'exploitation, etc., j'en passe des vertes et des pas mûres, et c'est le cas de le dire s'ils t'ont visité avec un ordi Apple.

Alors avoir accès à facebook, c'était ce qui manquait à Google. Un eldorado d'informations, une Terre Promise de conclusions à tirer, le Nirvana des statistiques, le Nec Plus Ultra du référencement, de la répertorisation (n'ayons pas peur des néologismes quand on parle de Google). Mais rassurez-vous, ce n'est que Microsoft qui a acheté facebook, ce fameux Microsoft qui s'est fixé comme but, dans les années 80, d'équiper 90% des PC de leur système d'exploitation. Et c'est réussi. Alors maintenant, à la chasse aux données.

Demain (ce soir même), ce qui aura réellement de la valeur, outre l'eau potable, ce sera les données. La guerre entre les monstrueux Google, Microsoft et divers gouvernements (américains ou chinois, entre autres) a déjà commencé. Et vous, nous, toi, moi, on est les heureux volontaires parce qu'à court terme, là et maintenant, ça nous rend bien service, tous ces services gratuits. Et facebook comme Google, font déjà partie de votre vie quotidienne, ils font déjà partie de votre langage et de vos habitudes. Tant et si bien que ça ne vous a sans doute pas gêné de lire 46 fois le mot facebook et 26 fois le mot Google sur cette page.

Bien à vous,
Raphaël Fleury
www.raphaelfleury.ch


PS : Merci de commenter ce billet de blog ici, sur ce site web qui tentera de ne pas être endophagé.
Vous pouvez télécharger la version de ce billet du blog au format pdf afin de le transmettre à qui de droit et aux intéressés | pdf 43 kb, 5 pages face-à-face(book)
Le lien direct à ce blog est
http://www.raphaelfleury.ch/blog.php?entryid=25

Blog's entry keywords facebook   |  google   |  société   |  informatique   |  coup de gueule   |  données
Blog's author2009-03-06
Ton nom et prénom
Ton commentaire
Courriel
Être averti si quelqu'un poste un commentaire après moi
Voter pour cette entrée du blog :

kunz antoine 15.01.2011 (00:56:58)
oui, un tas de trucs vrai ds cet article mais notre société de moutons ne changera pas pour autant,

Raph 09.03.2009 (15:01:09)
Merci Mona pour ton commentaire. Je suis ravi de voir que le débat est levé, d'autant plus qu'il a un bon niveau.

J'ai répondu à John par mail et lui ai dit la même chose que toi. A savoir, bien que tu puisses paramétrer l'étiquetage des photos, il n'en reste pas moins que 1) la photo avec ton visage se trouve sur facebook et 2) on y indique que c'est toi qui est dessus. Alors en effet, d'autres personnes ne verront que la photo sans ton nom, mais facebook a accès à cette information.
Et c'est là encore bien pire car cela te donne la fausse sensation d'être protégé ou anonyme ; c'est sournois et encore plus vicieux de cette manière là.
Quant au thème de l'addiction, tu peux, une fois de plus, supprimer les mails d'avertissement. Mais si tu as un compte facebook, mieux vaut les laisser, te permettant de voir ce que les gens ont dit de toi, ou t'ont envoyé comme message. Encore une action-réaction vicieuse, car soit tu as un compte et tu restes vigilant - donc acceptes de recevoir ces mails, soit tu supprimes ton compte (ce qui n'empêchera toutefois jamais qu'une personne ne télécharge des photos de toi). Et je disais dans l'article que ces mails alimentaient l'addiction. Donc si tu es accro, ces mails-là, tu les veux.

Et pour répondre à ta question quant à ton droit sur les photos de toi, en tant que photographe je peux te dire - en gros - que tu as un droit à ton image. Donc si une photo ne te plaît pas, tu peux exiger à la personne qui l'a diffusée (et au "diffuseur", en l'occurrence facebook) de supprimer la photo ainsi que toute archive y relative (droit aux informations stoquées concernant tes données). En revanche si tu vas en boîte de nuit et te fais photographier, ce sera plus dur de défendre ton droit à l'image puisque tu étais dans un lieu public.

Alors imagine un peu la complexité de la chose entre les droits d'auteur (celui qui a pris la photo), les droits de diffusion (celui qui a pris la photo mais avec accord des personnes se trouvant sur la photo) et le droit d'image (les personnes sur la photo), mélangé avec le domaine privé ou public, on n'est pas sortis de l'auberge facebook.

Mona 07.03.2009 (18:36:48)
Salut Raph! :)

J'aime beaucoup ton article, je le trouve vrai, et surtout il nous rappelle que internet à des côtés "dangereux".
Juste une petite correction, lorsque tu dis sous "syndrome de dépendance" :
"...tu reçois un mail. Impossible dès lors d'y couper."
Ce n'est pas vrai, tu peux toi-même décider quand est- ce que tu veux être informé ou non.
Bref, cela dit, c'est un petit détail comparé à tout ce qui tourne autour de facebook

D'ailleurs, j'ai vu que sur facebook quelqu'un avait mis un commentaire sous ton statut, en disant que nous avions toujours la possibilité de choisir ce que nous voulons exposer sur facebook. Je suis d'accord avec lui, nous avons toujours le choix de poster ce que nous voulons. Mais, lorsqu'il dit que l'on peut limiter certaines informations à nos amis, on peut dire que cela nous parait vrai, mais en réalité nous ne pouvons rien limiter au créateur et à toutes les personnes qui se trouvent derrière le masque de facebook.

Bref, comme il le dit très bien, nous sommes des adultes, à nous de décider ce que l'on publie ou non. Mais, ce que nous ne pouvons pas décider ce sont les choses que nos "amis" postent sur nous... photos,etc. Bien que je ne me taggue pas ou enlève tous les tags que l'on fait de moi, je ne peux pas empêcher que ces photos existent et soient là sur internet à la vue de tous. Et, personnellement je trouve que ça, c'est assez flippant. Avons-nous des droits sur les photos où notre tête figure?! Je ne sais pas, il faudrait se renseigner,..
affaire à suivre...


Les autres billets du blog :

Photographie numérique : on vous prend pour des cons Votes 1 Vote(s)   |   Views 250453   |   Commentaire(s)2
Tucumán Hostel : vol organisé + insalubrité Votes 1 Vote(s)   |   Views 63948   |   Commentaire(s)2
Big Brother Brasil Votes 4 Vote(s)   |   Views 58810   |   Commentaire(s)0
Devinette VI : la suite de chiffres vexante Votes 1 Vote(s)   |   Views 7741   |   Commentaire(s)2
String rose Votes 1 Vote(s)   |   Views 10971   |   Commentaire(s)0
Mes mails de Narcisse futiles Votes 0 Vote(s)   |   Views 7210   |   Commentaire(s)2
Pendeja agrandada Votes 0 Vote(s)   |   Views 8184   |   Commentaire(s)0
Noël sous les tropiques Votes 0 Vote(s)   |   Views 12480   |   Commentaire(s)0
Le manque d'originalité de mon blog Votes 0 Vote(s)   |   Views 9402   |   Commentaire(s)2
Les files d'attente - la résignation Votes 0 Vote(s)   |   Views 10020   |   Commentaire(s)2
Tempêtes Votes 0 Vote(s)   |   Views 4133   |   Commentaire(s)0
Comment préparer le maté - Traditions et superstitions Votes 1 Vote(s)   |   Views 37816   |   Commentaire(s)20
Je prends le risque Votes 0 Vote(s)   |   Views 9736   |   Commentaire(s)7
Devinette V : la yerba de mate Votes 0 Vote(s)   |   Views 5797   |   Commentaire(s)2
Devinette IV : sonner sans sonnette Votes 0 Vote(s)   |   Views 4933   |   Commentaire(s)8
Devinette III : c'est pas la taille qui compte Votes 0 Vote(s)   |   Views 5922   |   Commentaire(s)2
Devinette II : le piéton solitaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 5701   |   Commentaire(s)2
Chemin le plus rapide Votes 0 Vote(s)   |   Views 5662   |   Commentaire(s)4
Devinette I : bon anniversaire Votes 0 Vote(s)   |   Views 9640   |   Commentaire(s)1
En Argentine, c'est normal... Votes 2 Vote(s)   |   Views 5497   |   Commentaire(s)5
El hollín (la suie) de la canne à sucre Votes 0 Vote(s)   |   Views 6227   |   Commentaire(s)0
Chaud ! Chaud ! Votes 0 Vote(s)   |   Views 15841   |   Commentaire(s)2
Premier billet du blog - Explications Votes 0 Vote(s)   |   Views 5495   |   Commentaire(s)1